Accueil | Contacts SAT-Amikaro chez wikipedia SAT-Amikaro chez Ipernity SAT-Amikaro chez Facebook SAT-Amikaro chez Facebook fil rss

  fr |

Sud Ouest - 26 septembre 2009 - L’universel espéranto attend son heure


Le Sud Ouest du 26 septembre publie un article intitulé "L’universel espéranto attend son heure" sur le stand espéranto qui a été tenu à la médiathèque de Camponac à l’occasion d’une manifestation consacrée aux langues.

Note : lire Zamenhof au lieu de "Zemenhof" dans l’article.

Samedi 26 Septembre 2009

PESSAC, ATOUT LANGUES. La médiathèque accueille une manifestation consacrée aux langues

L’universel espéranto attend son heure

JPEG - 63.8 ko
Même la BD s’est mise à l’espéranto (PHOTO W.D.)

Dépassé l’espéranto, alors que le capitaine Haddock le parle couramment ? « Ektoplasmoj ! Parazitoj ! » Et que dire de « Gastono » Lagaf ou de Tinĉjo (Tintin) que l’on peut retrouver en Tibeto. Hélas, notre modeste clavier ne peut restituer les merveilleux accents de cette langue universelle [celui de SAT-Amikaro, si !], dont le mot-clé signifie « celui qui espère ».

Hier, elle avait droit à son stand à la médiathèque Jacques-Ellul (Camponac). Atout langues s’y poursuit aujourd’hui, sur d’autres thématiques, notamment l’apprentissage des langues étrangères et des séjours linguistiques, comme en Grande-Bretagne. Face au rouleau compresseur anglo-saxon, l’espéranto a bien besoin des miracles d’Asteriks gladiatoro.

Déjouer la loi du plus fort

Mais il attend son heure et Joël Lajus, président d’Espéranto Gironde ne craint pas les géants aux pieds d’argile : « L’anglais s’est imposé par la force de la puissance économique américaine, comme ce fut le cas du français autrefois. Or, cette domination peut-être remise en cause. » En clair, si les USA perdent leur... « leadership ».

Joël Lajus voit déjà la montée du chinois. Et même chez l’oncle Sam, l’espagnol gagne du terrain. En attendant, l’anglais nous coûte cher, en donnant une longueur d’avance aux natifs : « Ils n’ont pas besoin d’apprendre une autre langue. Pendant ce temps, ils peuvent faire des progrès ailleurs. Ça leur profite dans le domaine scientifique, où les communications sont en anglais. »

Jean-Sébastien Brilleaud résume cet avantage d’une jolie formule : « L’un cherche ses mots, l’autre ses arguments. » Le polonais Zemenhof a lui-même conçu l’espéranto dans un contexte de domination : celle de l’Europe et... du masculin. « 75 % des racines sont d’origine latine », reconnaît Joël Lajus. « Toutefois, le mécanisme qui consiste à agglutiner préfixes et suffixes sur ces racines est simple. Et quand on connaît les règles, on peut facilement comprendre et s’exprimer. Par exemple, ça fonctionne très bien avec des asiatiques. »

Zemenhof l’a fait, d’autres en avaient rêvé : Montesquieu, Descartes, Comenius... Maurice Genevois a rendu hommage à l’espéranto, « en mesure d’exprimer les nuances les plus subtiles de la pensée et du sentiment et il ne peut pas porter ombrage aux fidèles des langues nationales ». Ce serait la différence avec une langue nationale comme l’anglais qui prend le pas sur les autres et les étouffe... « avant de se tuer elle-même par la standardisation qui la tire vers le bas », prédit Jean-Sébastien Brilleaud.

Créer un groupe à Pessac

À l’image de l’association dynamique présidée par Jean-Claude Bot, à Galgon, il « volas krei esperanto-grupon » à Pessac : « Dans un premier temps, je pourrai donner des cours chez moi et si le groupe augmente, demander une salle à la mairie. » Il salue au passage l’initiative municipale d’organiser ce forum « Atout langues », même si le stand d’espéranto ne pourra être présent aujourd’hui. Pour des questions de place à la médiathèque, les exposants ne sont pas les mêmes sur les deux jours. Les amateurs peuvent néanmoins contacter directement Jean-Sébastien Brilleaud (05 56 36 64 86).

Apprendre le hiéroglyphe

Ce samedi sera essentiellement consacré à l’apprentissage des langues étrangères et aux séjours linguistiques (entrée libre). Il y aura de nombreuses animations, de 11 heures à 17 heures : projections, musique et chants occitans, lectures en français, portugais, hongrois...

Et ne dites jamais qu’une langue est morte. Car l’Association égyptologique de Gironde a bien l’intention de vous apprendre le hiéroglyphe. Ça ne manque pas de relief. Choisissez votre meilleur profil.

Auteur : WILLY DALLAY
w.dallay chez sudouest.com

Source : http://www.sudouest.com/gironde/act...







Voir la liste des articles
de la même rubrique


 
SAT-Amikaro - 132-134, Boulevard Vincent-Auriol - 75013 Paris - 09.53.50.99.58
A propos de ce site | Espace rédacteurs