Accueil | Contacts SAT-Amikaro chez wikipedia SAT-Amikaro chez Ipernity SAT-Amikaro chez Facebook SAT-Amikaro chez Facebook fil rss

  fr |

Ouest-France - 28 décembre 2009 - Ils parlent l’espéranto, la langue équitable


Ouest-France publie le 28 décembre un article intitulé Ils parlent l’espéranto, la langue équitable.

Ils parlent l’espéranto, la langue équitable

JPEG - 35.9 ko
Yvonne et Bruno Robineau chez un couple de Coréens en habit traditionnel. « Ils ne parlaient pas anglais, encore moins français. L’espéranto nous a permis de communiquer. » DR

Quand ils parlent de l’espéranto, Yvonne et Bruno Robineau disent « la langue équitable »... Comme le café, ou le commerce ? Eh oui ! « C’est une ’ langue-pont ’ qui met sur un pied d’égalité des gens de langues maternelles différentes », plaide Yvonne.

Voilà près de vingt-cinq ans que le couple a découvert l’espéranto, au début d’un voyage au long cours autour du monde, qu’ils racontent dans Huit ans autour du monde. Avant de se lancer dans cette aventure, tous deux parlaient très bien anglais et espagnol. OK pour l’Irlande ou l’Amérique latine mais très insuffisant pour la Hongrie, le Japon ou la Chine.

Dès leur troisième étape, en Bulgarie, ils décident de se mettre à l’espéranto. « Trente-cinq jours de stage, raconte Bruno. C’était intensif mais ça nous a permis d’avoir un bon niveau en peu de temps. Et six mois plus tard, nous parlions couramment. »

« Ce n’est pas qu’une langue, poursuit Yvonne. C’est aussi une communauté. Dans tous les pays, nous avons pu compter sur les espérantistes, souvent différents mais animés d’un idéal commun : rencontrer l’autre. »

Hébergés chez des espérantistes

Exemple concret au Japon : « Nous avons vécu chez deux espérantistes : un ingénieur de Toyota et un petit agriculteur, tous deux trouvés grâce au pasporta servo, réseau international d’hébergement gratuit dans des familles à la condition de parler espéranto. » Au total, durant ces huit années de pérégrinations, les Robineau ont séjourné dans 22 familles [1] grâce au pasporta servo. Depuis, ils continuent à parler espéranto. Et s’ils voyagent moins, ils reçoivent dans leur village du Maine-et-Loire des dizaines de visiteurs étrangers. « Je me considère comme un ambassadeur de cette langue », explique Bruno. « L’espéranto, ce n’est pas un hobby mais un outil. Un outil de citoyens du monde. »

Alain GUYOT.

Source : http://www.ouest-france.fr/actu/act...


[1] Correctif de Maryvonne et Bruno Robineau : "Evidemment nous avons séjourné dans beaucoup plus de familles au cours des 8 années de voyage. Ce chiffre de 22 familles ne concerne que notre séjour au Japon !"







Voir la liste des articles
de la même rubrique


 
SAT-Amikaro - 132-134, Boulevard Vincent-Auriol - 75013 Paris - 09.53.50.99.58
A propos de ce site | Espace rédacteurs