Accueil | Contacts SAT-Amikaro chez wikipedia SAT-Amikaro chez Ipernity SAT-Amikaro chez Facebook SAT-Amikaro chez Facebook fil rss

  fr |

Le Courrier de l’Ouest - 19 septembre 2010 - "Et pourquoi pas l’espéranto ?"


Le Courrier des lecteurs du Courrier de l’Ouest (Angers) 19/09/2010 publie une réponse à une lettre de M. Tremblay intitulée « Il faut parler plusieurs langues », parue dans Le Courrier de l’Ouest du 6 septembre :

"M. Tremblay écrit que les plus mauvais élèves en langues étrangères sont "de loin" les Anglais. Il faudrait ajouter que les jeunes Anglais apprennent de moins en moins le français et les autres langues. Comment pourrait-il en être autrement ? C’est la conséquence directe de la domination de leur langue qui s’appuie jusqu’à aujourd’hui sur la suprématie économique, politique et militaire des États-Unis.

"Cette manie d’angliciser" [1]

Ainsi, tandis que les jeunes des autres pays doivent consacrer des milliers d’heures pour espérer acquérir la maîtrise de l’anglais, les jeunes des pays anglo-saxons peuvent utiliser ce temps disponible pour faire progresser leurs connaissances dans les domaines techniques ou scientifiques. Il est évident que cette situation privilégiée, renforcée par la manie d’angliciser à tout va comme le vocabulaire courant ou la publicité, menace les positions de la langue française (dans un livre récent, le linguiste Claude Hagège a écrit : "Le premier péril vient de l’anglais"). Et, en Afrique, par exemple, le Rwanda vient de détrôner radicalement le français pour le remplacer par l’anglais.

Que dire aussi de l’actuelle désaffection en France pour l’étude de l’allemand, pourtant langue d’un pays frontalier et grand partenaire commercial ? Mais la roue de l’Histoire ne cesse de tourner, qui aurait imaginé – il y a quelques décennies – l’implantation à Angers d’un Institut Confucius diffusant langue et culture chinoises ?

En ce qui concerne l’amélioration éventuelle des conditions d’étude des langues dans nos lycées et collèges, il est certain que les suppressions de postes d’enseignants ne favorisent pas un progrès substantiel.

Puisque finalement il s’agit de multiplier les contacts effectifs entre les citoyens des différents pays, on peut se demander pourquoi les autorités responsables de l’Éducation nationale refuseraient de prendre l’initiative d’expériences scolaires portant sur l’initiation à la langue internationale espéranto et sur son utilisation pour des échanges scolaires.

De telles expériences faites à l’étranger ont, non seulement été réussies, mais ont aussi démontré que l’étude préalable de l’espéranto favorisait l’étude ultérieure des langues étrangères.

"Respect des cultures"

Depuis maintenant 123 ans, des millions d’espérantophones de cinq générations ont fait la démonstration de l’efficacité de l’espéranto avec aussi des milliers de congrès, rencontres, forums ou festivals, tandis que la littérature ne cessait de se développer. Toutes ces réalisations étant menées à bien par des bénévoles, en dépit des périodes d’interdiction et de persécutions dans certains pays. Voilà un bel exemple de parfaite communication, en tous domaines, d’homme à homme, avec une économie considérable de temps, d’énergie, de travail et d’argent, au moyen d’une langue de synthèse [2] spécialement conçue, neutre et équitable pour tous les peuples dans le respect de leurs cultures."

Pierre JAGUENEAU, Centre culturel angevin d’espéranto


[1] Les intertitres sont de la rédaction

[2] Plus exactement : « conventionnelle » (NDLR)







Voir la liste des articles
de la même rubrique


 
SAT-Amikaro - 132-134, Boulevard Vincent-Auriol - 75013 Paris - 09.53.50.99.58
A propos de ce site | Espace rédacteurs